Quelles sont les différentes formes d’entrepreneuriat ?

AccueilApprentissageQuelles sont les différentes formes d’entrepreneuriat ?

Après avoir identifié clairement le projet sur lequel vous souhaitez vous investir et monter votre propre business, vous êtes maintenant sur le point de choisir la forme d’entrepreneuriat qui vous convient. Pour ce faire, vous devez discerner les différentes formes d’entrepreneuriat qui existent. Entre entreprise franchisée, entreprise par essaimage et toutes les autres formes d’entreprenariat existantes… ce ne sont pas les choix qui manquent. Découvrez à travers cet article celles qui répondent le mieux à vos besoins réels d’entrepreneurs !

L’entreprise en franchise

Une franchise est un accord entre deux parties : « le franchiseur » (l’entreprise qui possède et qui a créé la marque) et le « franchisé » (l’entreprise qui reçoit l’offre et en bénéficie) sur leur système ou politique de commercialisation.

Il faut noter que le système de franchise est un accord commercial et juridique par lequel l’entreprise franchiseur s’engage à fournir à une autre entreprise franchisée leur marque, leur savoir-faire et des assistances permanentes ou des services, en échange d’une rémunération. Cette contrepartie peut être composée d’une somme fixe pour entrer dans la collaboration et d’une somme variable sur le chiffre d’affaires par exemple que l’on appelle « royalties ».

A cet effet, l’entreprise franchisée bénéficie des avantages que l’entreprise franchiseur lui offre. Ainsi, l’entreprise franchisée possède alors la notoriété de la marque du franchiseur et de son expertise, de son identité visuelle ou encore de produits ou services très connus sur le marché.

Pour ce faire, l’entreprise franchisée s’acquitte d’un droit d’accès à la franchise pendant la signature par les entrepreneurs du contrat et des droits « royalties » durant la période de collaboration.

L’entreprise par essaimage

Une entreprise est dite montée par le système d’essaimage lorsque l’entrepreneur octroie une aide à son employé pour créer son propre entreprise. L’entrepreneuriat en essaimage se présente sous trois sous-catégories :

  • L’essaimage social qui permet à l’entreprise de trouver des solutions à un problème de sureffectif et de mettre ainsi en place une politique de restructuration de l’entreprise.
  • L’essaimage actif concerne les salariés qui sont porteurs de projet de création d’entreprise.
  • L’essaimage stratégique : c’est pour la mise en œuvre d’une politique économique « gagnant/gagnant » pour l’externalisation et la création d’une activité.

Ce type d’entreprise est favorable pour les futurs entrepreneurs qui possèdent le statut de salarié, d’autant plus que vous pouvez bénéficier d’un accompagnement d’expert pour une collaboration riche en profits au niveau des différentes parties entrepreneuriales prenantes.

La reprise d’entreprise

C’est la forme d’entrepreneuriat consistant à la reprise d’une activité ou d’une entreprise en cours d’existence. Celui qui reprend l’activité ou l’entreprise est ici une personne physique ou morale appelée « repreneur ». L’entrepreneur repreneur peut être présenté par une ou plusieurs personnes reprenant une PME, une start-up ou même une grande entreprise ou une société.

Concernant la relation existante entre la société avec les clients et les fournisseurs, le message de continuité du business représente en général un avantage très important. Le repreneur n’est pas dans le besoin ou le risque de solder les comptes clients et fournisseurs afin d’éviter de gâcher d’éventuels avantages antérieurs durement acquis par l’entreprise.

L’intrapreneuriat

L’intrapreneuriat est le type d’entrepreneuriat par essaimage dans lequel l’action de développement de l’entrepreneur se limite en interne. En effet, l’employeur encourage le développement des compétences professionnelles de son employé et permet l’adoption de nouvelles habitudes entrepreneuriales au niveau de l’organisation de l’entreprise elle-même.

Ces formes d’entreprise représentent ainsi une excellente opportunité de recherche, d’apprentissage en management, d’expérimentation en business plan et de découverte en entreprenariat pour « l’intrapreneur ». Ce dernier bénéficie donc d’une croissance et développement en compétence au sein de l’entreprise, toutefois, cela va de pair avec une restriction de la liberté d’action.

Pour l’entreprise, l’avantage s’inscrit donc principalement dans l’innovation et l’aspect « ruche dynamique », particulièrement dans les structures de services.

Entreprise ex-nihilo

C’est la forme d’entrepreneuriat la plus choisie et sollicitée par des jeunes porteurs de projet. L’entreprise ex-nihilo se base sur la réalisation d’un « nouveau projet » avec un fond financier ou capital zéro. La motivation derrière cette forme d’entreprendre est l’innovation de l’activité, une offre de solution à des problèmes rencontrés au quotidien par le porteur du projet ou l’identification d’un changement du micro-environnement qui permet de favoriser une affaire.

Le porteur de projet doit porter une réelle attention au respect des obligations et clauses de non concurrence. Il doit, à ce titre, faire preuve de loyauté vis-à-vis de son ancien employeur s’il décide de créer sa propre entreprise. Il doit parallèlement se référer à son contrat de travail. Si le contrat de travail stipule une obligation de non concurrence sur une durée donnée, l’ancien salarié doit obéir à cette obligation et faire en sorte que le lancement de sa nouvelle activité ne déroge pas aux clauses signées.

Ainsi, il est donc nécessaire de bien analyser ces différents types d’entreprises existantes pour entreprendre. Chaque type d’entreprise représente toutes leurs propres caractéristiques et critères. A chaque porteur de projet donc de choisir celui qui offre des solutions adéquates à ses attentes pour pouvoir démarrer ses activités entrepreneuriales. Outre les connaissances accrues sur les formes d’entrepreneuriat exploitables, il faut également noter l’importance d’avoir un certain nombre de qualité pour pouvoir assumer les difficultés en entrepreneuriat : le sens de la créativité, avoir de la rigueur, de la modestie, être endurant, être confiant et surtout avoir le sens du leadership sont des points comportementaux très importants afin de gérer et mener une entreprise pour le mieux !